Luxeuil Saint-Sauveur : le thème de la maladie d’Alzheimer à l’université populaire

EST REPUBLICAIN rogné151215_Est_Republicain_MOK

14/12/2015 à 05:01 , actualisé le 13/12/2015 à 20:22

« LES TROUBLES de la mémoire, c’est banal. Parce qu’on doit se rappeler de trop de choses. Mais qu’est-ce qui relève d’un trouble de la mémoire ou d’une pathologie ? », pose le Dr Martial Olivier-Koehret.

Mardi soir, devant le public de l’université populaire de Luxeuil/Saint-Sauveur, le généraliste évoquera la maladie d’Alzheimer. « C’est une demande du public », répond-il pour expliquer le choix du thème de la conférence qu’il animera. Il ne le cache, le mot provoque « de l’angoisse dans la population ». À juste titre parfois. Parce que cela impacte l’individu malade, mais aussi ses proches. « Pour l’entourage, c’est une calamité. Et les aidants, ce sont principalement les familles. Il faut leur rendre hommage », constate-t-il. « Quand on prononce le mot Alzheimer, nous médecins, on sait ce que cela entraîne », appuie-t-il. En Haute-Saône, il y aurait environ 1.000 patients atteints de cette pathologie. 1.000 officiellement. Ceux comptabilisés dès lors qu’ils sont reconnus souffrants d’une affection de longue durée. Mais le vrai chiffre serait quatre fois supérieur.

Si la maladie d’Alzheimer se développe, c’est déjà parce que l’espérance de vie augmente. « La part de vie où on est malade dépendant s’est décalée. C’est plutôt positif », commente le médecin. Parce que la médecine soigne beaucoup mieux certaines pathologies comme le cancer ou les troubles cardio-vasculaires, on vit statistiquement plus vieux. « Et on voit apparaître des maladies qui n’avaient pas le temps de se déclarer », analyse-t-il. C’est le cas pour Alzheimer, qui frappe majoritairement des seniors de plus de 85 ans. « Avant 65 ans, c’est 2 % des cas », livre Martial Olivier-Koehret.

Mais parce que le mot et la pathologie effraient, on peut avoir tendance à la craindre dès que la mémoire flanche. « Quand les gens présentent des troubles de mémoire, on est capable de trier », assure le médecin. Grâce d’abord à des tests très simples. Le diagnostic s’affine ensuite. Si pour le médecin les tests biologiques ne sont pas encore « stabilisés » l’imagerie médicale permet dorénavant « de voir les choses ».

Le diagnostic après toutes ces investigations débouche une fois sur deux sur une maladie d’Alzheimer. « Un quart des patients ont d’autres problèmes qui se traitent. D’autres présentent d’autres formes de démence », estime-t-il.

Ce qui est terrible pour le médecin et les proches du malade, c’est que les traitements sont encore inefficaces. « Mais on n’est pas tous égaux devant l’évolution de la maladie. Chez celui qui a une activité intellectuelle stimulée, ça évolue moins vite… » Ce qui devient ingérable pour les familles, c’est quand le malade perd ses repères spatio-temporels et fugue. « À ce moment, on est obligés d’assurer un hébergement parce que les gens se sauvent… ». Là encore l’inégalité frappe. En fonction des territoires. Plus ou moins dotés de lits. La Haute-Saône est nettement moins bien pourvu que ses voisins comtois, si on met de côté les EHPAD pas forcément prévus pour ces malades. « Il y a des plans pour multiplier ces lits tous les trois-quatre ans. Mais ce n’est pas l’objectif de mettre tout le monde dans ces structures », souligne le Dr Olivier-Koehret, qui évoquera aussi lors de sa conférence l’état des recherches autour de ces pathologies.

Conférence le 15 décembre à 19 h 30. Maison des associations de Saint-Sauveur.

Olivier BOURAS

Consulter l’article ici: http://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2015/12/14/luxeuil-saint-sauveur-le-theme-de-la-maladie-d-alzheimer-a-l-universite-populaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :