Archives Mensuelles: juin 2014

Le tiers payant généralisé n’est pas une question d’argent

La tribune  » Le tiers payant généralisé n’est pas une question d’argent » a été publiée ce jour dans le Huffington Post.

Auteur Peggy Wihlidal.

Lire l’article en ligne. Télécharger la version PDF.

Le tiers payant généralisé n'est pas qu'une question d'argent_Tribune_25juin14_Page_1

Le tiers payant généralisé n'est pas qu'une question d'argent_Tribune_25juin14_Page_2

Coopérations entre professionnels de santé – Pourquoi elles ne sont toujours pas à l’œuvre en ville

Améliorer les prises en charge des malades, sortir de l’isolement, s’adapter sans cesse aux nouveaux défis diagnostiques et thérapeutiques : ces aspirations sont largement partagées par les 350 000 professionnels de santé de premier recours.

Les professionnels de santé du premier recours construisent au quotidien des nouvelles formes de travail en commun.

Loin, très loin des cénacles parisiens, que le surcroit de travail ne leur laisse pas le temps de fréquenter, ils n’ont de cesse d’aller de l’avant. Parce qu’il le faut bien et parce qu’ils le souhaitent.

Pour autant, les publications manquent pour valoriser ces réalisations.

Dans un monde ancien (paiement à l’acte, crispation devant le tiers payant pourtant rempart supplémentaire contre les inégalités sociales de santé, absence d’outil informatique de coopération), chacun a développé son réseau de connaissances et ses modalités de coopération en faisant fi des cloisons plus qu’étanches entre professions.

Ces professionnels de santé de premier recours, qui réalisent chaque jour la grande majorité des soins, aspirent de plus en plus à consolider et développer ces pratiques coopératives. Dans ce monde nouveau, seul capable de maintenir l’accès de tous à des soins de qualité et un équilibre financier des dépenses de santé supportable pour notre pays, les revendications des acteurs de terrain sont simples, peu coûteuses et rapidement accessibles :

Un interlocuteur identifié et dans son champ de compétences, capable de mobiliser chacun des secteurs ambulatoire, hôpital et médico-social.
Les Agences régionales de santé (ARS) sont les interlocuteurs logiques, seuls en capacité de lancer des ponts vers l’hôpital et le médico-social.
Elles ont pourtant peu développé de projets innovants et surtout produit de la norme. Gageons qu’avec un cadre contractuel adapté et souple elles s’investiront pour répondre au besoin de la population.

Un objectif partagé par chacun des co-contractants : professionnels de santé et ARS
Cet objectif doit être public et validé par les représentants de patients et les élus locaux.
Partagé par tous les acteurs, l’objectif prend sens et mobilise les soutiens nécessaires à la réussite.
Il s’agit de développer l’accès de tous à des soins de qualité et non de régler des questions de pouvoir entre professions, l’une essayant d’étendre son champ et l’autre luttant pour ne rien lâcher. La coopération pluriprofessionnelle c’est d’abord des professionnels de santé qui ont envie de travailler ensemble et qui partagent un même objectif.

Des procédures simples pour organiser la coopération
Les vicissitudes des protocoles article 51 , qui terminent englués dans les procédures, nous ont appris à être prudents.
La capacité d’imagination des inventeurs de contraintes administratives est sans limite. Le cimetière des illusions est rempli de ces dispositifs ambitieux aux cahiers des charges plantureux et incompréhensibles retombés très vite dans l’oubli ou mis en œuvre seulement par une poignée d’établissements seuls en capacité de dégager du temps.
Loin de la complexité, il s’agit de laisser les professionnels de santé travailler ensemble dans l’intérêt des malades.
Pour Soins Coordonnés que je préside, la contractualisation pluri-professionnelle doit suivre un cahier des charges simplifié :

  • définir précisément l’objectif : améliorer la prise en charge des personnes âgées, par exemple,
  • identifier les critères d’évaluation acceptés de tous
  • s’assurer de la réalité des résultats.

Cet ultime principe ouvre une ère nouvelle à la contractualisation en santé.
Les professionnels de santé qui répondent aux besoins de santé des patients aspirent à des procédures simples.

Un outil de communication
Pourquoi est-il si difficile pour une équipe de professionnels de santé de dépasser l’ère du fax et du compte rendu papier ?
Gageons que les syndicats professionnels et l’Assurance-maladie en rajouteront dans la difficulté avec la connexion obligatoire au DMP, serpent de mer inutile et coûteux ou autre cahier des charges incompréhensibles de l’ASIP qui oblige à prendre un prestataire souvent lié aux mêmes syndicats professionnels.
Les professionnels de santé du premier recours veulent des possibilités de communication simples d’utilisation et rapidement accessibles.

Rémunérer le temps de coordination
Développer les coopérations pluri-professionnelles nécessite peu d’argent. Il s’agit de rémunérer les réunions de coordination : ce temps passé et cette énergie créatrice mis au service de l’amélioration des prises en charge des malades.
Pour Soins coordonnés les moyens alloués doivent d’abord rémunérer le temps de coordination.
En outre, les professionnels de santé du premier recours doivent être rémunérés à l’identique car il ne peut y avoir de hiérarchie entre professionnels qui sont collectivement garants de la qualité et de la sécurité des soins du patient.

Des protocoles pluriprofessionnels qui font sens
Chaque équipe de professionnels de premier recours, aussi diverse soit-elle compte tenu des spécificités de chaque territoire, ne peut raisonnablement construire elle-même ses propres protocoles.
Il importe de mettre à leur disposition un corpus d’outils simples (encore une fois) et aménageables en fonction des situations.
Les hautes autorités compétentes doivent entendre qu’elles ne peuvent continuer à prétendre être les seules pourvoyeuses de sens.

Des formations communes entre professions différentes
Elles sont devenues possibles depuis peu grâce à la mise en œuvre du DPC (Développement professionnel continu).
Pour la première fois, les professionnels du premier recours peuvent se former ensemble aux problématiques qu’ils prennent en charge.
En dépit de la virulence des syndicats mono-catégoriels à l’encontre du DPC, des difficultés pour les organismes à les mettre en œuvre compte tenu des règles très contraignantes qui les caractérisent et des retards de paiement qui les caractérisent, il faut développer ces formations pluri-professionnelles et assurer la même indemnisation pour tous les professionnels.

*****

350 000 professionnels du premier recours unis et coordonnés constituent une force considérable pour améliorer les prises en charge des malades. Les coopérations pluriprofessionnelles constituent le levier vers l’efficience et la réduction des déficits liés à la multiplication des actes qu’implique la désorganisation actuelle de notre système de santé de ville.

Martial Olivier-Koehret
Médecin Généraliste
Président de Soins Coordonnés.

 

Un nouveau monde de la santé est possible

Editorial – Le Concours médical

CM6-editoOK_Page_1

 

Depuis 2004, date de la dernière loi de santé publique, le temps s’est accéléré : notre système de Sécurité sociale est exsangue, on recherche désormais 15 milliards d’euros d’économies, les inégalités de santé ont explosé, et les professionnels de santé du premier recours, au premier rang desquels les médecins généralistes, ne savent plus où donner de la tête. L’accès aux soins, la réduction des inégalités sociales de santé seront les grandes priorités de la loi, et les usagers verront leur place dans le système de soins renforcée. C’est bien heureux.

Notre système de santé a avant tout besoin de mesures concrètes qui favorisent la mise en oeuvre d’organisations simplifiées au maximum dans trois directions essentielles. Sortir du cadre habituel d’une prise en charge unique du patient en établissements, structures, réseaux est un préalable : les 350 000 professionnels de santé de premier recours formés et accompagnés sont les seuls en capacité de répondre à l’immense défi de la préservation du capital santé, de la prise en charge des maladies chroniques, de la prévention et de la prise en charge de l’entrée en dépendance.

Il importe donc en premier lieu de prévoir en ville pour les professionnels du premier recours un temps de coordination dédié. Celui-ci permettra de garantir un meilleur usage des soins de qualité, prévenant les hospitalisations évitables, la non-observance et la mauvaise utilisation des produits de santé.

Permettre la prise en charge des patients en ville, favoriser un parcours de santé fluide et lutter contre les inégalités sociales de santé nécessitent ensuite de pouvoir compter sur des outils de communication fiables. L’hypocrisie du DMP doit prendre fin. Protéger les données de santé des individus est possible sans en passer par Fort Knox. Les professionnels de santé du premier recours doivent pouvoir, pour la première fois, communiquer simplement et rapidement entre eux. Partant de là, de nouvelles prises en charge sont possibles pour agir, pour la première fois, sur le capital santé des individus : mener des actions de prévention et de dépistage dans les domaines les plus larges (la proposition de dépistage systématique des hépatites vient à point nommé). Les patients deviennent de vrais acteurs de leur prise en charge en même temps que les premières personnes ressources.

Un nouveau monde est possible si tant est qu’on fasse confiance aux professionnels de santé du premier recours, aux médecins généralistes, véritables régulateurs du système, au DPC, outil de modernisation et d’amélioration des pratiques, et aux actions de groupe. Les économies sont dès lors à portée de main. Les multiples mesures ineptes (nouveaux déremboursements, fast tracks aux urgences) ont trouvé leurs limites et n’ont de cesse de fragiliser le système dans son ensemble.

Une filière universitaire de premier recours, un développement professionnel continu renforcé, des outils simples, une politique de revenus cohérente sont autant de mesures nécessaires et qui devront voir le jour, au-delà de la complexité d’une loi de santé, qui semble avant tout chercher à contenter tout le monde.

Faire des économies dans la santé est indispensable, raisonnable et possible

La tribune  » Faire des économies dans la santé est indispensable, raisonnable et possible » a été publiée le 10/06/14 dans le Huffington Post.

Auteur Martial Olivier-Koehret.

Lire l’article en ligne. Télécharger la version PDF.

Faire des économies dans la santé est indispensable raisonnable et possible  Martial Olivier-Koehret_Page_1